mardi 9 avril 2013

I comme Isidore Champault

Plusieurs idées pour le I, mais finalement j'ai décidé d'en savoir plus sur Isidore CHAMPAULT.

Je pensais que cet article serait vite rédigé, Isidore a été dans les différents actes que j'ai retrouvé simple journalier à Neuilly en Sancerre.

Isidore nait le 24 décembre 1843 à Neuilly-en-Sancerre de Jean-Louis CHAMPAULT âgé de 25 ans, manoeuvre, et de Marie MIGEON.

Je le retrouve dans le recensement de 1846. Il est indiqué qu'il vit dans la même maison que ses grand-parents, Jacques et Marie MIGON, sa tante Louise MIGON, ses parents ainsi que son frère Julles âgé de 1 ans. Celui-ci décède pourtant à 3 mois... Une petite sœur, Marie Constance, nait en mai 1847. Cette dernière décède à l'âge de 15 ans en juillet 1862. Entre-temps une autre sœur, Marie Adèle, naît en 1850 à Crézancy, village voisin.

Je retrouve la trace de cette famille à Neuilly, au lieu-dit Sigurets. On y trouve bien sûr Jean-Louis CHAMPAULT et sa femme Marie MIGON. Mais pas de trace d'Isidore. Sa sœur Adèle et un nouveau frère Henry son présents, tout comme une certaine Henriette RAFFAITIN, en nourrice.

Ils semblent être proches voisins d'une autre famille formée de Pierre ETIEVE et Solange CANON avec leur fille Jeanne, du même âge qu'Isidore.

Si je parle de ces voisins, c'est que le 20 février 1871, Jeanne âgée de 28 ans met au monde une fille "naturelle", Marie Adèle Françoise ETIEVE. Marie-Adèle ... tient, ça ne vous rappelle personne ?

Le 9 janvier 1872 Isidore CHAMPAULT épouse Jeanne ETIEVE, et du même coup reconnaît la petite Marie Adèle Françoise : l'honneur est sauf !



Lors des recensements de 1872 et de 1876, Isidore habite chez ses beau-parents avec sa femme, au hameau des Sigurets. Un endroit qu'il ne quittera apparemment plus. Il sera le plus souvent désigné comme journalier, quelques fois comme cultivateur.

Le couple aura trois autres enfants : Narcisse Léon (°1870), Henri Isidore Eugène (°1878) et Marie Aline Arthémise (°1883). Entre temps, on le retrouve témoin au mariage de sa soeur, Marie-Adèle ainsi que parrain de sa nièce, Marie Alexina (fille de Marie-Adèle).

Il vit ensuite une période sombre entre 1881 et 1882. Tout d'abord de décès de son beau-père Pierre ETIEVE, pour lequel il est témoin puis sa belle-mère Solange CANON le 19 décembre 1882. A peine un mois plus tard, le 15 janvier 1883 il est témoin du décès de sa sœur Marie-Adèle puis le 21 janvier de Marie Alexina, sa nièce. Des décès si rapprochés, c'est étonnant quand même !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire